La joueuse de Cricket Anjum Chopra nous parle de l'égalité des genres dans la diffusion sportive

L’UNESCO a le plaisir de rendre cet entretien disponible et libre de droit en version texte et audio pour célébrer la Journée Mondiale de la Radio 2018. Les stations de radios sont tout particulièrement encouragées à diffuser cet entretien, que ce soit dans sa totalité ou bien en extrayant les réponses et en posant les questions directement.

L’UNESCO a parlé à madame Anjum Chopra de ses expériences en tant que femme journaliste en Inde. Mme Chopra est une pionnière dans son domaine. Elle a notamment été la première femme joueuse de cricket qui a eu l’opportunité de commenter des matchs de crickets masculins. Elle est également la première joueuse indienne à avoir marqué un cent dans un match international d’un jour (One-day international match – ODI). Elle a avec aisance plusieurs casquettes: commentatrice, entraîneuse et sélectionneuse.

Cliquer ici pour télécharger l'entretien complet (en anglais)

Q. Dans le monde du cricket, les commentaires sont principalement dominés par les hommes, comment était-ce de briser cette barrière?

Les médias et même le public l’ont pris très positivement. Pour ce qui est de la réaction des hommes, il s’agissait au départ d’un ressenti un peu mitigé quant au fait de savoir pourquoi une femme est là et en quoi peut-elle apporter sa contribution. J’ai toujours senti que si on me confie une tâche, je me dois de la réaliser au mieux de mes capacités et des capacités que l’on attend de moi en tant que commentatrice. De ce fait, je n’ai jamais vu ça comme une activité pour les garçons ou pour les femmes. J’ai toujours considéré le sport comme un sport neutre, sans distinction de genre.

Q. En tant que commentatrice, avez-vous déjà été victime de stéréotypes? 

Les commentateurs masculins obtiendront un avantage un peu plus grand parce qu’une voix masculine parlant de sport est toujours considérée meilleure qu’une voix féminine qui parle de sport, ou du moins elle est toujours plus considérée comme quelque chose que les gens aimeraient entendre. Du coup, encore très peu de personnes ont progressé sur le sujet. Je ne dis pas que c’est le cas de tout le monde, je dis juste que très peu de personnes ont progressé jusqu’au stade de pouvoir dire : « ok, peu importe si c’est une voix d’homme ou une voix de femme, c’est une voix du cricket ». Je ne dirai donc pas qu’il y a eu beaucoup de changements mais oui, la situation a quand même changé. Néanmoins, cette amélioration a tendance à se produire au fil des années, et ce depuis le début de votre carrière sportive.

Ensuite, il y a la couverture médiatique et les choses ont plutôt tendance à s’améliorer au lieu de se détériorer. Mais, après la Coupe du monde féminine, la situation s’est certainement améliorée de manière significative. Avant, sur une moyenne de dix personnes, six d’entre elles ne connaissaient pas l’existence du cricket féminin, et deux d’entre elles auraient dit : « oui, nous avons entendu parler d’elles mais nous ne connaissons pas leur nom » ; mais maintenant ce chiffre a changé. Aujourd’hui, six personnes diraient : « ouais, nous savons que les femmes jouent au cricket » et parmi celles-ci, deux ou trois pourraient dire le nom de la capitaine ou le nom des joueuses. 

Les téléspectateurs ont été pris au jeu après la Coupe du monde (de Cricket) de 2017 en Angleterre et cela est largement dû au fait que l’équipe féminine indienne a joué en finale et que cette finale était télévisée. Beaucoup de personnes ont changé d’avis à ce moment-là. Je pense que les médias ont joué un rôle important dans l’amélioration de la perception du public quant au cricket féminin ou le sport féminin dans le monde. Si vous regardez au cours de ces cinq ou six dernières années, le sport et les femmes dans le sport ont gagné en popularité. Les gens ont commencé à reconnaître et réaliser l’importance d’avoir des femmes qui font du sport parce que les médias ont été en mesure de les présenter sous leur meilleur jour. Donc, je pense que les médias jouent un rôle important.

Si les médias ne couvrent pas mes accomplissements et n’écrivent pas à ce sujet, je pourrais être une championne du monde dans ma société que personne dans le monde ne saurait réellement que je suis championne du monde. C’est le rôle d’impact que les médias ont. Donc, pour moi, je dirais que oui, continuez à soutenir le sport, continuez à soutenir les sports féminins et continuez d’en parler et d’écrire sur le sujet.

Quelle est votre message pour la Journée mondiale de la radio?

Continuez à m’écouter, continuez à me demander de venir et d’avoir une discussion avec l’UNESCO au sujet de la Journée mondiale de la radio. J’adorerais faire ça et continuez de vous intéresser aux femmes dans le sport.